Yannick

Quel est notre but ??

Cette première partie de l'édito est destinée à nos partenaires qui, une fois de plus, nous ont fait confiance en participant au congrès du Mans. Il faut reconnaitre que la fréquentation n'était pas au rendez-vous, même si cela peut paraitre étrange, nous avions autant de monde que lors du dernier salon, mais malgré la très bonne organisation, la qualité et l'intérêt des sujets abordés et de leurs acteurs, les salles étaient visiblement trop grandes et manquaient de proximité. Il semble également que la journée du CLAN Régional, à la même date, nous a desservie pour ces 31ème journées de la restauration hospitalière. Malgré tout, nous avons de quoi être satisfait par l'arrivée de nouveaux adhérents à l'association, inscriptions qui perdure à ce jour, et, quand on connaît les difficultés que toutes les associations rencontrent pour mobiliser la jeune génération, nous sommes optimistes pour l'ACEHF.
Appréciables également, les différents échanges avec les partenaires notamment sur le déroulement du prochain salon, je les en remercie vivement ... Vous aurez compris aisément que dans cet édito je fais mon propre mea-culpa et vous promet que je continuerai à me battre et à défendre cette belle association qu'est l'ACEHF.

Souvent mis en cause quant à l'offre des repas proposés, les quantités servies, la qualité et le respect des produits utilisés, je m'interroge ... N'avons-nous pas apporté des réponses positives sur la quantité en respectant le GEMRCN qui, pour ma part, me semble un outil intéressant même s'il n'est pas toujours bien compris par le résidant, le patient ou les familles, à nous de prendre le temps de leur expliquer qu'il permet une traçabilité de la composition de nos menus, un respect de la valeur nutritionnelle des repas et une diversité indispensable au plaisir du bien manger. La qualité nous l'obtenons grâce aux différents marchés, qu'ils soient départementaux, régionaux ou nationaux. Ils nous permettent de choisir les produits qui nous conviennent le mieux et, grâce aux directeurs des achats qui ont inversé les codes, le choix des produits retenus par nos soins lors des commissions techniques, pour leur qualité, représentent dorénavant 60% de la note finale au lieu de 40% auparavant.


N'oublions pas aussi le » circuit court « qui nous permet de travailler avec des petites structures locales qui, contrairement à ce que l'on pourrait croire, ne sont pas plus chères pour une qualité supérieure.

Je voudrais rebondir sur les achats « «circuit court ». Mais attention je ne me veux pas l'avocat des causes perdues ! A maintes reprises, au détour de discussions sur le sujet avec des cuisiniers du secteur santé, se pose cette question : faut-il mieux et plus utiliser les produits » bio » ou continuer à faire confiance aux acteurs du circuit cour ? Voilà un très bon sujet de débat qui pourrait animer le prochain congrès. Mais vous, quand pensez-vous ?
Autre sujet récurent du moment, la mutualisation des cuisines d'EHPAD avec celles de Centres Hospitaliers Généraux qui mènerait à la création de nouvelles Unités de Production Culinaire (UPC). Devons-nous nous inquiéter de ce phénomène qui, d'un côté, gonflerait certes les budgets de fonctionnement mais, de l'autre, uniformiserait une cuisine destinée à une clientèle bien différente entre ces deux types d'établissements, d'une part, celle toujours soucieuse de ce qui est dans son assiette, de la qualité gustative des mets, des prestations hôtelières, des produits qu'ils connaissent et qu'ils aiment , qui considèrent que le repas est un moment à part dans la journée, un moment à privilégier et, d'autre part, celle, plus fataliste, qui pense qu'à l'hôpital, quoiqu'il arrive, on mange mal et qu'il faudra attendre le retour au domicile pour se rattraper ! Deux mondes différents qui s'opposent et qui souhaiteraient des réponses adaptées à leurs attentes respectives.

Une décision importante à été prise lors de la dernière Assemblée Générale de l'ACEHF. Dorénavant, nous organiserons un congrès tous les deux ans tout en permettant à l'association d'être présente sur d'autres événements ou salons professionnels comme les Rencontres Régionales de la Restauration Collective en gestion directe organisées par l'ACEHF Poitou-Charentes. Je remercie d'ailleurs son président, Thierry PIGEAU, d'avoir accepté de décaler cette journée d'une année pour qu'elle ne tombe pas en même temps que le congrès national.
Les 28, 29 et 30 mai prochains l'ACEHF co-animera le Salon de la Santé et de l'Autonomie à Paris, Porte de Versailles, avec le concours du Trophée des Chefs, « le plateau du malade » et des démonstrations de professionnels de la cuisine collective.
Du 20 au 23 octobre 2013, nous serons également présents aux côtés de Laurent LUSSAGNET, Président de l'ACEHF des Pays de Loire, qui organise le mardi 22, le « Trophée SERBOTEL » des établissements de cuisines collectives autogérées. Cette journée sera d'ailleurs dédiée entièrement à la cuisine collective tous secteurs confondus.
L'année 2013 sera donc encore bien occupée, pleine de belles rencontres et de moments intenses mais les encouragements que vous nous adressez régulièrement nous nourrissent, nous stimulent et nous incitent à continuer, avec l'équipe en place, à défendre notre cuisine, nos métiers et nos valeurs.

Yannick Strottner,
Président de l'ACEHF Nationale

« Cuisiner suppose une tête légère, un esprit généreux et un cœur large »
Paul Gauguin