yannickVoilà c'est fait, les élections présidentielles sont passées, nous avons un Président de la République tout neuf ... tous les projets gardés précieusement dans des cartons vont enfin voir le jour ??? On a toutes et tous entendus cette phrase devenue à ce jour obsolète : « il faut attendre les élections, on ne prend pas de décision avant ! ». Les projets de restructuration de cuisines ne manquent pas, les hôpitaux ne connaissent pas la crise si on se réfère aux listes d'attente dans les services d'hébergement notamment, nos établissements n'ont jamais semblé si exigus.
Que dire également de certains dossiers « sensibles » comme celui de réduire le gaspillage alimentaire. Les établissements de santé sont montrés du doigt par nombre d'instituts d'enquête et de recherche. Nous serions le vilain petit canard qui génère 264g/personne/repas en moyenne de « déchets comestibles » !!. Une consolation toutefois, « les patients hospitalisés en court séjour produisent deux fois plus de pertes et gaspillages par repas que les résidants en hébergement.
J'ai lu dans plusieurs magasines nationaux que « 2013 sera l'année de lutte contre le gaspillage alimentaire ». Vous pensez qu'on marche sur la tête, que c'est exagéré, utopique, que ça restera un vœu pieux qui n'aboutira à aucune solution concrète et pourtant, combien d'entre nous, réalisant l'ampleur du phénomène, ont mis en place des suivis de retour alimentaire, ont conscience qu'il faut consommer moins en gardant le rapport nutritionnel le mieux adapté à la population de nos Etablissements. Alors, exagération de journaleux ou triste réalité d'une société de consommation qui incite à jeter sans se poser de question, sans se remettre en question ??
Je voulais également vous parler d'un autre sujet récurent pour lequel j'ai reçu de nombreux messages, celui de ce que j'appellerais les « repas barquettes ». Des investissements importants sont réalisés par des industriels de l'agro-alimentaire pour la fabrication de repas prêts à l'emploi qu'il suffit de réchauffer et de distribuer aux patients sans qu'on s'enquière sur le sentiment qu'ils peuvent avoir d'être traité comme de simples « clients » générateurs de bénéfices.
Tous les Etablissements sont concernés, petits ou grands, voire très grands. Il est tellement plus simple de lancer un marché et de s'en remettre aveuglement à un industriel plutôt que de se remettre en question et privilégier le savoir faire de cuisiniers qui pourtant chaque jour excellent dans leur métier! Le moment est venu de leur démontrer, puisque ça semble nécessaire, que nous nous battrons pour sauver nos emplois, notre savoir faire et que nous n'hésiterons pas à le faire savoir.
Toutefois, ce qui me rassure ce sont nos jeunes, ceux qui vont nous remplacer. J'en ai rencontré deux récemment, venant d'un Etablissement lorrain, ils concouraient pour le plateau du malade sur le Salon Hôpital Expo. J'ai été bluffé par leur façon de travailler, par leur technicité, leur engagement après seulement une année passée en restauration collective. Certes, il n'était pas sur le podium final mais, sans vouloir jouer les augures, on entendra parler d'eux prochainement ...
Je profite d'ailleurs de l'occasion m'est offerte par ce magasine pour dire que ce concours a été une réussite tant humainement que relationnelle.
A ce jour, une de mes préoccupations majeures est de faire connaître notre association.


Malgré ses 33 années d'activité, j'ai été surpris de rencontrer des Directeurs, des responsables de restauration, des agents qui ne connaissent pas l'ACEHF mais qui y trouve malgré tout une légitimité, un bien fondé, un intérêt dans ce que nous faisons et dans ce que nous défendons.
Il va falloir mettre les bouchées doubles, retrousser les manches, aller au charbon pour qu'on nous connaisse et qu'on nous reconnaisse.
Merci à tout ceux qui nous ont fait confiance, nous font confiance et nous ferons confiance ... Partenaires, autres associations, adhérents actuels et futurs ...