Le Jeudi 07 Avril 2016 à 11h30

Les priorités du nouveau Programme national pour l‘alimentation (PNA) lancé en décembre 2014 par le Ministre en charge de l‘agriculture ont été renforcées autour de quatre axes prioritaires :

  • la justice sociale
  • l'éducation alimentaire de la jeunesse
  • la lutte contre le gaspillage alimentaire,
  • dans un contexte de renforcement de l’ancrage territorial des actions menées et de mise en valeur de notre patrimoine alimentaire.

Ce nouveau PNA traduit les objectifs de la politique de l‘alimentation qui visent à assurer à la population l'accès à une alimentation sûre, saine, diversifiée, de bonne qualité
et en quantité suffisante, produite dans des conditions économiquement et socialement acceptables par tous, favorisant l'emploi, la protection de l'environnement et des
paysages et contribuant à l'atténuation et à l'adaptation aux effets du changement climatique.
Dans le cadre du PNA, les accords collectifs visent à faire évoluer favorablement la composition nutritionnelle de l’offre alimentaire et la durabilité des modes de production, de transformation et de distribution.
Défini à l'article L. 230-4 du code rural et de la pêche maritime, ils reposent sur un partenariat volontaire entre l’État et les secteurs professionnels.
Le décret N°2012-80 du 23 janvier 2012 définit les modalités de reconnaissance de ces accords par le ministre chargé de l’alimentation, et la procédure de reconnaissance est détaillée dans un référentiel.
En conformité avec ce référentiel relatif aux accords collectifs, les engagements de la profession se portent sur :

  • les aspects nutritionnels & santé
  • l’impact environnemental « approvisionnement et gestion responsable de la ressource
  • Satisfaction des convives & sensibilisation à notre patrimoine alimentaire
  • Emploi et la formation.

Le projet d’accord collectif présenté a vocation à être proposé à la reconnaissance du Ministre en charge de l’alimentation à la suite de la demande portée par l’ensemble des « signataires » de l’accord qui rassemblent les acteurs de la restauration collective en gestion directe.

La restauration collective est une branche industrielle qui a pour activité de servir des repas hors domicile.
Dans ce domaine, contrairement à ce qui se passe avec la restauration commerciale, le convive ne paie pas le prix réel, une grande partie du coût étant assuré
par l'employeur ou l'institution.
Les maisons de retraites et centres de soins, hôpitaux, écoles ont des responsabilités supplémentaires en raison des risques particuliers de TIAC ou d'intoxication.
En France, en 2005, on servait près de 3 milliards de repas par an en restauration collective (soit 11 millions par jour en moyenne).
La restauration collective regroupe les segments et sous-segments de la Restauration Hors Domicile et se divise en quatre secteurs:

  • l'enseignement (restauration scolaire et universitaire),
  • la santé et le social (restauration hospitalière, maisons de retraite
  • divers (Armées, établissements pénitentiaires, congrégations)
  • le travail (restauration d'entreprises et d'administrations).

Le Jeudi 07 Avril 2016 à 11h30

Pour en parler: Mme Marie-Cécile Rolin Directrice du Réseau Restau’co